Roman


L’art roman constitue l’un des grands moments de l’histoire de l’art catalan, par l’importance exceptionnelle de quelques monuments, qui jouit d’une reconnaissance internationale, et parce que dans l’histoire et dans l’imaginaire de Catalogne, il a des connotations presque mythiques, s’associant aux origines politiques et nationales du pays.

Les termes « Catalogne » et « catalan » ont été popularisés pendant le XIe et le XIIe siècle, l’époque de l’art roman, au moment où les premiers textes écrits en catalan voyaient la lumière. 

Campellesromanic_1_f08c5449b079e109410b4a0610959a00

Église de Sant Martí : Ancienne église romane, détruite par une invasion française et reconstruite et élargie à la fin du XVIIIe siècle.

Pardines

Église de Sant Esteve : Il reste peu de vestiges du bâtiment original roman. Seulement peut être observée une abside, plus étroite que la nef, qui fut transformée en la base d’une tour de défense au XIVe siècle.

Église de Santa Magdalena de Puigsac : Bâtiment original du XIIe siècle.

Planoles

Église de Sant Marcel de Planès : XIe siècle, avec une seule nef rectangulaire, toit avec voûte en berceau et couronne avec une abside en arc outrepassé à l’intérieur et demi circulaire à l’extérieur. Elle a un clocher-mur. Cette petite église est un exemple de l’architecture romane rurale de l’époque.

Sant Vicenç de Planoles : On la situe dans l’architecture lombarde du XIe siècle, même si par sa rusticité elle pourrait dater du XIIe siècle. Actuellement on y trouve un petit porche-atrium. Le clocher de la tour fut construit au XIXe siècle, avec un style qui s’écarte de celui du reste de l’ensemble architectural.

Queralbs

Église de Sant Jaume : Église romane du siècle. Le porche est remarquable, il se compose de six arcs qui reposent sur cinq colonnes en marbre bleu, constituant l’ensemble l’un des meilleurs exemples des porches de l’art roman catalan les mieux conservés qui nous sont parvenus. Pendant le XVe et le XVIIe siècle, la construction primitive subit quelques modifications parmi lesquelles peuvent être citées l’élargissement de la nef centrale avec deux chapelles carrées, la construction d’une sacristie et une chapelle, et l’édification d’un clocher-tour couronné d’un petit clocher à peigne.

Fustanyà

Sant Sadurní de Fustanyà : À la façade sud, la porte d’entrée est remarquable par sa décoration et la disposition de ses ferrures, très fréquente au cours des XIe et XIIe siècles. À cet endroit ont été trouvés les restes d’une partie d’un cimetière médiéval et des fragments de céramique, dont la petite marmite avec bec en terre cuite noire à côté d’un tombeau, qui sûrement avait un rapport avec celui-ci. Ses caractéristiques font possible de la dater à la fin du XIe siècle ou au début du XIIe siècle. siècle.

Serrat

Mare de Déu del Remei del Serrat : XIIe siècle.

Ribes de Freser

Église de Santa Maria : L’église romane originale a été détruite en 1936, étant remplacée par un temple moderne, œuvre de l’architecte Josep Danés. À l’intérieur, il y a une reproduction du fameux Baldaquin de Ribes, qui est l’une des meilleures œuvres d’art de la peinture sur panneau du XIIe siècle catalan. De la primitive église romane, on ne conserve que les trois absides qui sont aujourd’hui des chapelles latérales.

Château de Ribes : une structure connue comme « la tour », qui est la partie la plus haute et la mieux conservée de tout le château. Elle conserve un minimum de trois étages où sont encore visibles quelques fenêtres et embrasures.

Château de Segura : Les vestiges du XIIIe siècle que nous pouvons voir aujourd’hui sont une partie du mur du côté oriental, une partie du mur de l’extrémité septentrionale et une grande citerne protégée à l’extérieur par une grande pierre taillée. À l’intérieur, nous pouvons voir encore le toit avec voûte en berceau et les murs recouverts de plâtre ou de stuc de l’époque.

Ventolà

Sant Cristòfol de Ventolà : Les premières références sont du XIIe siècle. Le clocher, avec ses baies ogivales, est plus ancien. Elle a été restaurée récemment et un porche moderne de structure ancienne a été ajouté.

Bruguera

Sant Feliu de Bruguera : Datée du XIIe siècle, mais très modifiée au XVIIIe siècle. De l’église originale nous ne conservons qu’une partie de l’abside sans ornements et une partie du clocher où un portail avec arcade est encore visible.

Batet

Chapelle de la Verge del Carme : Restaurée.

Toses i Dòrria

Sant Cristòfol de Toses : Bâtiment roman splendide du XIe siècle. Les éléments les plus remarquables de l’ensemble sont les ferrures d’ornement de la porte, le clocher décoré avec des arcatures lombardes, et les peintures romanes de l’intérieur, reproduction des originales qui se trouvent aujourd’hui au MNAC (Museu Nacional d’Art de Catalunya).

Sant Víctor de Dòrria : peintures murales romanes découvertes en novembre 1997 lors d’un projet de restauration de l’église. Fresques originales du XIIe siècle et les seules de toute la région du Ripollès.

 

Romànic en viu

Romànic en viu est un cycle de concerts aux Églises de la Baronia de Toses. Des concerts en petit format vraiment chaleureux et agréables, dans des enceintes avec la meilleure acoustique, ce qui attire chaque année de plus en plus d’audience au Festival. La Vall de Ribes et la région du Ripollès en général jouissent depuis l’année 2003 d’un cycle de concerts bien particulier.


La vallée profonde du fleuve Rigat, à cheval entre la Vall de Ribes et la Cerdaigne, à l’extrême nord-ouest de la région, offre tous les ans des performances musicales de qualité dans le cadre incomparable de ses petits ermitages romans. Ce cycle de concerts a la particularité de se développer intégralement dans les églises des municipalités de Toses et de Planoles. Huit concerts ont lieu dans six ermitages romans millénaires, offrant de la musique en direct aux milliers d’habitants et de vacanciers qui confluent dans ces contrées pendant les mois d’été.


Les villages hôtes des performances musicales sont Dòrria, Nevà, Fornells de la Muntanya, Toses et Planoles, situés dans les deux municipalités mentionnées. Appelé lors de ses 6 premières éditions EMUSICAL, ce cycle a été renommé en 2009 avec le nom de ROMÀNIC EN VIU et il présente depuis lors les « Cultures Invitées » : une variété de groupes d’origines culturelles différentes qui permet de rentrer dans l’univers musical de chacune d’entre elles, en offrant un voyage culturel à travers la musique.


Pour le moment, nous avons pu profiter de concerts des cultures occitane, basque, catalane, brésilienne, baléare et il est prévu, d’année en année, d’écouter de nouveaux univers musicaux qui s’ouvriront à l’intérieur de l’univers des monuments romans de la vallée du Rigat.

X